6 commentaires

  1. Séverine
    Séverine 5 juillet 2012 at 12 h 56 min . Reply

    Merci de m’avoir éclairée. Après avoir effectivement vu les 2 premiers épisodes de la nvelle série ‘Inquisitio’ hier soir, je suis restée dubitative devant cet alignement aussi grotesque de clichés … bref, après cette lecture je m’endormirai moins bête ce soir.

  2. Dumont
    Dumont 5 juillet 2012 at 13 h 27 min . Reply

    Petite coquille :

    En 1221, un représentant du pape est pape est envoyé en Allemagne

  3. Oeil Inquisiteur
    Oeil Inquisiteur 5 juillet 2012 at 18 h 44 min . Reply

    Bénitier* dans le titre : Ente mythe -> Ent–R–e mythe
    * : grosse coquille :-)

  4. etienneweb
    etienneweb 7 juillet 2012 at 18 h 05 min . Reply

    La question qui me turlupine depuis que j’ai embrassé le droit à titre professionnel (une vocation peut être ?). Le problème de l’inquisition ne serait il pas tout autre que religieux ? Je m’explique plus clairement : est ce que les dérives de l’inquisition sont à mettre sur le dos du religieux, ou sur le dos d’un système de procédure pénale ?
    Je me souviens de mes cours de procédure pénal en deuxième année dans lequel on opposait deux systèmes de procédure, on va dire, quasiment depuis la nuit des temps : le système inquisitorial et le système réquisitorial. D’ailleurs, peut être que ça transparaît dans votre article :
    « …Elle doit son nom à une nouvelle méthode de procédure judiciaire… » (Oui, je sais, j’ai tronqué la citation, mais comme ça vient au début quasiment de votre démonstration, je me suis permis…). De souvenir, l’inquisition (qui veut dire « enquête », comme vous le rappelez) est donc essentiellement basée sur le regroupement des témoignages. Extorquer les aveux est également une méthode qu’il peut être assez complaisant d’utiliser, puisque l’aveu n’est autre que le témoignage du coupable lui-même, au risque que la personne objet de ces extorsions avoue ce qu’elle n’a en réalité pas fait. C’est le grand problème d’ailleurs de ce système de procédure, puisqu’il a pour désavantage principal de permettre la condamnation d’innocents. La France a d’ailleurs été condamnée plusieurs fois par la CEDH à cause de ce système inquisitorial que malgré tout, elle a conservé en matière de procédure pénal.
    Donc en définitive, l’inquisition ne pose pas au fond de problème religieux, mais bel et bien juridique… Et le fait religieux ne vient ici que corroborer un problème juridique.
    Et pour poursuivre ma pensée en ce domaine, je ne vois pas pourquoi humainement parlant, cela va de soi, il faudrait que l’Eglise vienne demander pardon pour des abus qui sont des conséquences d’un système judiciaire imparfait. Car bien évidemment, si les tribunaux d’inquisition, dont certains étaient religieux (mais pas tous… l’inquisition espagnole n’est pas que le fait de tribunaux religieux) ont bel et bien péchés des faiblesses de ce système, notre système procédural pénal actuel continue à le faire, malgré la DDHC de1789 et le principe de présomption d’innocence.
    Merci quand même à France 2 (un service public ?) de venir nous donner des leçons historiques de nos temps d’obscurantisme et d’utiliser notre pognon pour entretenir la médiocrité ambiante.

  5. Alain
    Alain 9 juillet 2012 at 16 h 53 min . Reply

    Peut-on dire que le système actuel des procédures judiciaires, avec jurés, procureur et avocat de la défense, a été mis en place par l’Inquisition? Autrement dit, est-ce que notre système judiciaire s’inspire précisément de ce que l’Inquisition a mis en place? Ayant affaire à la fois avec des tenants de cette thèse et leurs adversaires, j’aimerais avoir votre avis, et éventuellement quelques sources documentaires fiables. Merci.

Laisser un commentaire