Catherine de Sienne, femme actuelle (3/3)

Sainte Catherine de Sienne

Quelle est la personnalité humaine et spirituelle de Catherine de Sienne et son rôle principal en son temps ? Qu’est-ce qui la distingue du personnage décrit dans Inquisitio ?

Par Fr. Eric de Clermont-Tonnerre, o.p., pour L’Inquisition pour les nuls.

Mais qu’était réellement Catherine de Sienne ? Quelle était sa personnalité et quel fut son rôle réel ? Fut-elle un « homme d’Etat », une « femme d’Eglise » ?

Elle n’a pas vraiment conseillé les papes. Elle n’a pas été régulièrement consultée par eux. Elle donne des conseils très généraux. Elle n’a pas d’idées très originales. Elle a des vues assez vagues. Elle a un manque cruel de réalisme politique. Elle est finalement assez incompétente.

Elle a échoué partout. La prédication de la croisade était inopportune ; elle n’a pas réussi à la mobiliser. Durant son ambassade à Florence, elle a été le jouet des Florentins. Elle s’est laissée tromper deux fois. Son idéal de réforme de l’Eglise était trop élevé et pas assez adapté. Elle n’a pas réussi à faire venir à Rome les religieux qui devaient constituer le « conseil des spirituels » qu’elle souhaitait vivement. Après le début du schisme, son activité épistolaire n’a rien donné.

Pourtant il y a un  point où elle a réussi : c’est dans l’accompagnement, la direction spirituelle. Elle a « donné la vie » à un certain nombre de personnes. Elle les a formées. Elle les a libérées d’elles-mêmes et les a aidées à se lancer dans l’existence, à prendre leur vie en main. Beaucoup d’entre elles seront aux avant-postes, au début du siècle suivant, mêlées à toutes les tentatives et mises en œuvre de réforme.

Catherine na jamais cessé de faire de l’apostolat individuel ou familial. Le Dialogue est un traité sur le progrès de l’âme, avec, au centre, le Christ Pont, le chemin et les étapes de la vie spirituelle. Ses lettres sont des lettres de conseil et d’accompagnement. Le plus grand nombre de ses lettres sont adressées à des personnes privées et ne traitent que de questions personnelles.

Elle fut une mère spirituelle. Elle était la mamma.

Si les lettres, amputées, pour la plupart, de leur partie narrative et anecdotique laissent de Catherine de Sienne l’impression d’une personne un peu hautaine, incapable de condescendre aux faiblesses d’ici-bas, très exigeante, sûre d’elle-même, prompte à lancer son fameux « je veux », qui n’admet aucune réplique, si le Dialogue nous met en contact avec une expérience mystique tellement haute, exprimée de manière tellement lointaine que le courage manque pour en goûter la réalité, la simplicité, le bon sens et la vitalité, en revanche le Procès de canonisation, qui n’est pas disponible en français, nous révèle, à travers des témoignages candides et par de délicieuses anecdotes, véritables fioretti, une Catherine, jeune fille ou jeune femme parmi d’autres jeunes filles et garçons, à la grâce toute toscane, qui a le don de faire descendre le ciel sur la terre, de rendre la religion attrayante, de mettre la jeunesse en contact avec le Christ et l’Evangile.

Raymond de Capoue présente aussi une Catherine détendue, spontanée, aimable, gracieuse, qui aime les fleurs, qui est ferme et tendre envers ses enfants, affectueuse et familière avec Jésus. Elle manipule plein d’images dont il faudrait faire la liste et qui devaient faire rire ou sourire et être retenues. Elle avait une liberté de parole, y compris avec ses confesseurs. Il y avait une vraie famille très soudée, très libre, aux rameaux divers à Sienne, à Pise, à Florence… les Caterinati.

Je voulais souligner ce point là, parce qu’il est unique et très caractéristique : son rôle de direction spirituelle, ses relations affectueuses et maternelles avec les jeunes, au moment des orientations décisives de leurs existences.

C’est cette caractéristique de la personnalité et du rôle de Catherine qu’il faudrait mettre en valeur pour le rayonnement de l’Ordre et son développement, ainsi que pour la vitalité et le rajeunissement de la famille dominicaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *