Catherine de Sienne, maître spirituel

Statue de Sainte Catherine de Sienne

Par Fr. Eric de Clermont-Tonnerre, o.p., pour L’Inquisition pour les nuls.

Si vous aviez vécu en Italie au 14e siècle autour de Sienne et des milieux qui fréquentaient Catherine Benincasa, je ne suis pas sûr vous auriez aimé avoir celle-ci pour ‘maître’ spirituel ! Plusieurs religieux, raconte-t-on, résistèrent vigoureusement à l’invite de personnes déjà conquises par le rayonnement spirituel de cette femme vivante, chaleureuse, mais exigeante, voire assez intransigeante, pour finir par « craquer », c’est-à-dire à accepter de la rencontrer et à se laisser séduire.

Les écrits de Catherine de Sienne font d’elle un maître. Bien plus, il me semble que sa position la plus naturelle, vis-à-vis de son entourage comme dans l’Eglise de son temps, fut celle d’un maître, d’un « directeur » spirituel, d’un conseiller.

Ses lettres sont adressées à des personnes aussi différentes que des ecclésiastiques – du simple prêtre ou religieux aux cardinaux et aux papes – des souverains et souveraines, des hommes politiques ou des chefs de guerre, des femmes et des hommes, célibataires ou mariés, des jeunes encore en recherche de leur identité et de leur voie. Ces lettres ont non seulement un contenu circonstanciel (questions de politique locale, nationale ou européenne, questions de politique ecclésiale, questions sociales, religieuses, familiales ou personnelles), mais aussi un contenu spirituel.

Celui-ci est toujours animé :

–       par le désir de conduire les âmes au Christ et à l’union avec Dieu en leur offrant des lumières sur leur chemin ;

– par le désir de les aider, dans leur conduite, à saisir les enjeux véritables de leur situation et de leurs décisions ;

– par le désir de les aider à être libres dans leur discernement, dans leurs choix et dans leurs comportements ;

– par le désir de les voir prendre leurs responsabilités là où ils sont.

Le Dialogue est le livre (‘’mon livre’’, dit-elle) par lequel elle enseigne le chemin que toute âme qui aspire à connaître Dieu doit emprunter pour progresser dans l’amour, l’union au Christ et l’union en Dieu. Le Dialogue est vraiment le livre d’un maître spirituel.

Quant aux Oraisons, il s’agit des prières de ce maître qui, rendant grâce à Dieu de son grand dessein d’amour, lui confie les âmes que le Seigneur lui a lui-même confiées.

Pour approfondir, chez Catherine de Sienne, cette caractéristique majeure qui fit d’elle un grand maître spirituel, nous pouvons aborder trois thèmes en particulier :

– Catherine de Sienne et sa famiglia.

– Catherine de Sienne et la direction spirituelle.

– L’enseignement spirituel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *