Les grandes causes défendues par Catherine de Sienne

Sainte Catherine de Sienne

Loin des clichés d’Inquisitio, voici les grandes causes défendues par Catherine de Sienne.

 Par Fr. Eric de Clermont-Tonnerre, o.p., pour L’Inquisition pour les nuls.

La paix

Catherine a beaucoup travaillé pour la paix, d’une manière constante tout au long de sa vie. C’est pour la paix en Europe qu’elle souhaite que le pape et les états européens mobilisent une croisade. C’est pour la paix en Italie qu’elle se rend à Avignon et à Florence. C’est pour la paix dans l’Eglise qu’elle souhaite une véritable réforme dans l’Eglise et qu’elle travaille tant à ramener les princes sous le chef unique du pape Urbain VI. « La paix mon doux père, écrit-elle au pape Grégoire XI, la paix et non plus la guerre. Pour la paix, si je pouvais, je donnerais  mille fois ma vie. » Venez, ajoute-t-elle dans une autre lettre, venez (c’est-à-dire venez d’Avignon à Rome, revenez à Rome) non pas les armes à la main, mais la croix à la main, les mains désarmées, comme le doux agneau.

Dans ses actions pour la paix, Catherine ne prend jamais parti. Les efforts sont toujours à faire de part et d’autre, par exemple, de la part du pape et de la part des Florentins et de ceux qui les suivent. De même, il n’y a chez elle aucun patriotisme exacerbé. Le « nationalisme » est une passion à combattre. Et le trop grand patriotisme peut aussi devenir une « passion ». Au roi français Charles V, elle adresse cette formule qui est bien d’elle : « Placez devant l’œil de votre intelligence Dieu et la vérité, non pas la passion et l’amour de la patrie. Car, devant Dieu, nous ne pouvons pas faire de différence entre un homme et un autre. Tous nous sommes sortis de sa sainte pensée, nous avons tous été créés à son image et ressemblance et rachetés par son précieux sang. »(1). A l’inverse, jamais il n’y a chez elle de « francophobie » (Grégoire XI est Français, l’anti-pape Clément VII est Français). Catherine est européenne. Elle avait, dans sa famiglia, pourtant très italienne, des amis anglais et espagnols.

Sur le thème de la paix, on peut lire un extrait de sa lettre n° 53 à Nicolas Soderini :

« Je vous prie, Nicolas, par cet amour ineffable avec lequel Dieu vous a créé et racheté si doucement, de vous appliquer à être juste autant que vous le pourrez. Ce n’est pas sans un grand motif que Dieu vous a mis à même de faire la paix et de rétablir l’union avec la sainte Eglise : c’est pour vous sauver, vous et toute la Toscane. Il ne me semble pas que la guerre soit une si douce chose, que nous devions la rechercher lorsque nous pouvons l’éviter. Y-a-t-il, au contraire, rien de plus doux que la paix ? Je ne le crois pas ; c’est ce doux héritage que Jésus-Christ a laissé à ses disciples. Car il a dit : ce n’est pas en faisant des miracles ; en connaissant toutes les choses futures et en montrant votre sainteté par des actes extérieurs, qu’on reconnaîtra que vous êtes mes disciples ; c’est en étant unis par la charité, la paix et l’amour. Je veux donc que vous fassiez l’office des anges, qui travaillent à nous mettre en paix avec Dieu. Faites ce que vous pourrez ; et que cela plaise ou déplaise, surmontez tous les obstacles ; ne pensez qu’à l’honneur de Dieu et à votre salut, et quand il devrait vous en coûter la vie, n’hésitez jamais à dire la vérité, sans craindre ce que les démons ou les créatures pourraient faire. Mais prenez pour bouclier et pour défense la crainte de Dieu, sachant que son regard est sur nous, et qu’il voit toujours l’intention, la volonté de l’homme telle qu’elle est dirigée vers lui. (2)

La paix et l’union sont les éléments essentiels du testament du Christ : « Il (le Christ)  leur laisse (aux apôtres) la paix et l’union, le précepte de s’aimer les uns les autres ; c’est là son testament, le signe qui fait reconnaître les enfants et les vrais disciples du Christ. » (3)

Et nous ? Notre désir de la paix dans le monde et notre travail en ce sens ? Ne laissons-nous pas les choses aller leur train au lieu de travailler vraiment à la justice et à la paix dans la société et au plan international ?

Du souci de la paix découle les points suivants :

La croisade

L’activité de Catherine de Sienne en faveur  du « saint passage », du « saint pèlerinage » – qui puisse protéger l’Europe de la menace musulmane, mais surtout qui puisse orienter les instincts de violence et de guerre en faveur d’une guerre considérée comme plus juste – n’a jamais vraiment cessée. Pour Catherine, la croisade est certes une opération militaire. Mais il s’agit aussi d’une véritable mission en faveur des fidèles et des infidèles qui sont, même comme infidèles, nos frères.

La réforme de l’Eglise

C’était une préoccupation très répandue dans l’Eglise de la fin du Moyen-Age que celle de la réforme de l’Eglise. Les spirituels, les théologiens, les autorités ecclésiales la souhaitaient.

La centralisation de l’institution ecclésiale avait accentué le caractère administratif de la hiérarchie et de sa politique. Les conflits, les dérives morales des clercs, les aspects financiers, les affaires temporelles… tout cela offrait un visage de l’Eglise peu stimulant pour les croyants. Il fallait envisager une réforme de l’Eglise. Celle-ci ne pouvait commencer que par la tête. Catherine, dans sa vision de l’Eglise, concentre tout le pouvoir sur le pape et la fonction papale. En un sens, elle est vraiment papiste. Pourtant, si la fonction du pape est primordiale, les hommes restent des hommes et ne sont pas le Christ. Par exemple, elle écrit ceci à Grégoire XI : « Je vous le dis à vous christ de la terre, de la part du Christ du ciel. »

De plus, Catherine a une très grande conscience de l’égalité des baptisés. Chaque chrétien est invité à devenir un « autre christ ». Chaque chrétien dispose un véritable « pouvoir sacerdotal » (elle n’utilise pas cette expression) pour l’honneur de Dieu et le salut des hommes. Elle invite chacun à assumer ses responsabilités.

De plus, elle a le désir d’une Eglise humble et pauvre, libre de tout pouvoir temporel, libre aussi de toute intervention des autorités civiles dans ce qui la concerne seule, une Eglise vraiment évangélique consacrée exclusivement à l’honneur de Dieu et au salut des hommes.

La promotion de la justice

Il y a chez Catherine une véritable doctrine sociale et politique dont je voudrais souligner certaines caractéristiques :

– L’extrême dignité de l’homme, de chaque être en particulier, qui doit être respecté dans sa liberté (rien ne peut et ne doit le contraindre).

– L’égalité foncière de tous les hommes : la solidarité n’est pas seulement une tâche, mais une situation de fait qui nous lie les uns aux autres, dans le bien et dans le mal. Que l’homme le veuille ou non, il est lié (de fait et par nécessité) aux autres. Ainsi le développement des personnes et l’enrichissement du corps social sont fortement liés. Par ailleurs, c’est un devoir pour chacun de s’intéresser aux problèmes qui touchent la société.

– L’importance du bien commun auquel le bien particulier est subordonné.

– La nécessité d’exercer la justice : il s’agit du premier devoir de ceux qui gouvernent.

– L’autorité est prêtée et ad tempus, c’est-à-dire pour un temps seulement.

(1) Lettres, n° 33, Editions P. Téqui, p. 306

(2) Lettres, Editions P. Téqui, p. 428

(3) Lettre n° 49 aux « huit de la guerre » à Florence, Lettres, Editions P. Téqui, p. 402. Cf. aussi le thème de la mort du Christ qui apporte la grande paix après la grande guerre du péché.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *