Qu’est-ce-que le catharisme ?

Le catharisme est probablement une émanation du bogomilisme, une hérésie bulgare arrivée en Rhénanie et dont on retrouve les idées en Lombardie et dans le midi de la France. Le mouvement vaudois en est un avatar.

Les cathares ne se désignent pas ainsi. Entre eux, ils s’appellent ‘’bons chrétiens’’, ‘’vrais chrétiens’’ ou ‘’bons hommes’’. Leur pensée repose sur un dualisme absolu. Elle oppose deux principes éternels, le bon qui a enfanté le Bien, l’âme, les esprits. Et le mauvais qui est à l’origine du Mal, du corps, de la matière. Selon le catharisme, c’est donc Satan qui a créé l’univers (car matériel) et non Dieu. Avouons que la pilule est dure à avaler pour un chrétien médiéval !

Mais, ce n’est pas tout. Le catharisme réinterprète complètement les évangiles. Jésus est un ange dont la vie terrestre n’a été qu’une illusion. Il n’a pas souffert pendant sa Passion, n’est pas mort et n’a pas eu à ressusciter. Marie, de même, était un pur esprit aux apparences humaines. D’un point de vue doctrinal, le catharisme est donc en totale opposition avec le christianisme.

Les cathares se divisent en deux sortes de fidèles : les croyants et les parfaits. Chaque croyant a vocation à devenir parfait. Le parfait a quitté sa famille, vit en communauté, suit un régime végétarien en se nourrissant le moins possible et observe une stricte continence sexuelle. Les parfaits condamnent le mariage car ils n’admettent pas les relations charnelles, celles-ci étant l’émanation du Mal. De même, ils considèrent la procréation criminelle car mettre un enfant au monde, c’est précipiter une nouvelle âme dans le royaume du Mal ! Cerise sur le gâteau, certains parfaits admettent les relations sexuelles, mais étant contre le mariage, ils en arrivent à prôner le libertinage !

Le catharisme récuse donc la doctrine chrétienne, l’Eglise qui en est la gardienne, la famille, la propriété et le serment, base de la société féodale. Parallèlement à cela, les cathares obéissent à une hiérarchie secrète, observent des rites initiatiques, ont des ‘’évêques’’, des ‘’diocèses’’ et tiennent ‘’conciles’’. Critiquer l’orthodoxie en place, critiquer la hiérarchie de l’Eglise tout en en reproduisant les structures, couper l’individu de sa famille, le dépouiller de ses biens, ne sont-ce pas là les manières d’une secte ?

Quoiqu’il en soit, le catharisme progresse vite dans le midi de la France. La noblesse est touchée 100 ans après les premiers balbutiements de l’hérésie. Des corporations entières d’artisans se convertissent. A Béziers, en 1209, 10% de la population est cathare.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *